Sparkling, notre troisième enfant !

David a toujours eu mille projets, mille idées. Idéalement, en même temps. Moi aussi. « Chaque pot, son couvercle », selon un certain dicton. En février 2019, lorsque David m’a annoncé qu’il voulait fonder une nouvelle entreprise, je savais dans quoi on se lançait. La gestion de la famille, de jeunes enfants, le travail et les longues heures : on avait déjà vécu l’aventure.
J’ai dit oui, mais j’ai aussi dit : « OK, mais on énonce nos trois grandes priorités pour les cinq prochaines années et on fait tout pour que ça fonctionne. » L’offre a été acceptée. J’ai donc affiché sur le réfrigérateur nos trois grands projets.

Fonder une entreprise, c’est fafa bébé

J’ai travaillé vingt-deux ans pour de grandes entreprises et organisations connues, solides, offrant des conditions de travail sécurisantes. David, non. Il a toujours été son propre créateur, un défonceur de portes, le réalisateur de ses rêves et de ses succès. Je savais qu’il était bon, qu’il avait tous les outils pour réussir, mais il reste que le chemin de l’entrepreneuriat n’est pas aisé, qu’il est solitaire et rempli de hauts et de bas. Il faut un cœur solide pour se lancer. L’Agence Sparkling est donc née en mai 2019, dans Ahuntsic, en squattant un bureau partagé avec des partenaires minoritaires, Mario et Charles. Et l’entreprise a grandi.
 

Le cliché de la pandémie

Comme plusieurs, la pandémie nous a fait réfléchir sur nos priorités et nos rêves. Ce fut l’occasion de faire avancer notre projet de travailler ensemble. On en parlait souvent en se disant : « Un jour… », « Quand on aura la maison en Italie », « Lorsqu’on pensera à aller travailler à l’étranger ».
David avait réussi à faire croître Sparkling : les chiffres étaient bons. Il recrutait de nouveaux employés depuis un an. Ensuite nous est venue une idée : et si on le faisait 100 % ensemble ? Comme le justifiait David à son partenaire Mario : « Anne-Catherine est ma personne préférée et je veux passer le plus de temps possible avec elle ». Le moment était parfait pour que je me joigne à lui au printemps 2021.
entrepreneur couple entreprise

Pour le meilleur et pour le pire

Un mariage, beaucoup d’aventures d’affaires, deux filles et une entreprise à deux, c’est facile ? La réponse rapide, sans réfléchir, c’est oui. Parce qu’on l’a choisi ensemble et qu’on le désirait tous les deux. On s’accorde facilement, on communique bien, et les petits conflits ne nous font pas peur.
La réponse plus longue, c’est que parfois c’est moins évident, surtout à cause de la gestion du travail et de la famille. On travaille souvent en même temps sur les mêmes projets, donc pour les rendez-vous des enfants, leurs petites maladies, les fermetures de classes… c’est moins simple.
On a aussi dû se donner la règle de ne pas parler du travail pendant les repas avec les enfants. Beau défi ! On y arrive, et Simone et Adèle sont excellentes pour nous ramener à l’ordre.
Est-ce qu’un jour nos filles voudront prendre la relève de Sparkling ? On l’ignore, mais on aime beaucoup ce qu’on est en train de faire et de leur enseigner. On leur montre des parents heureux, fiers de ce qu’ils font et accomplissent. On aime les avoir au bureau à traîner, à dessiner, à donner leurs opinions. Parce que des opinions, les sœurs Pieropan en ont en masse !
entreprise familiale

Partager

Par Anne-Catherine Rioux

Vice-présidente aux opérations

Nos articles récents

Comment créer du bon contenu? Quelques rappels du FWCC

Marketing pour les nuls : un petit lexique du vocabulaire

6 questions à se poser pour rédiger du bon contenu

On lance votre mission?

Prenez rendez-vous avec nous pour discuter de vos besoins et de vos objectifs.

Contactez-nous ici! 👇