Marketing pour les nuls : un petit lexique du vocabulaire

Le marketing, ça change tout le temps. Pas surprenant que ça soit mélangeant! 

Travailler avec nous, ça veut dire que vos projets seront clairs, simples et le fun. Autrement dit, on vous accompagne pour que vous compreniez ce qu’on fait et pourquoi on le fait. Ce qu’on veut, c’est que vous ayez l’air de ceci :  

On a donc concocté pour vous un petit lexique par thématiques. Qu’il s’agisse de traductions et acronymes, concepts ou vocabulaire technique, tout n’y est sûrement pas, mais on pourrait améliorer ce lexique ensemble! Contacte-nous si tu es à la recherche d’autres définitions.

Clé de lecture: si tu vois un astérisque* près d’un mot, c’est que sa définition est incluse un peu plus loin dans ce lexique!

Stratégie et contenus

Cette section réfère à des mots et expressions utilisés en marketing de contenu, notamment dans l’élaboration de stratégies de communication et de contenu. 

Affiliation : le marketing d’affiliation vise à stimuler des ventes de produits ou de services. Par exemple, une personne ayant de l’influence dans le domaine de la mode peut offrir à sa communauté, par une entente avec une entreprise, un lien d’affiliation vers le site commercial de celle-ci pour un nouveau sac à main (souvent associé à une primeur ou une promotion). Chaque fois qu’une vente est faite par ce lien, l’influenceur reçoit une commission monétaire. 

Audience : désigne un public cible pour un contenu ou une plateforme donnés. Par exemple, les personnes inscrites à votre infolettre forment une audience, tandis que les abonnés d’une page Facebook en forment une autre. On ne s’adressera pas à eux de la même manière. À ne pas confondre avec public cible ou persona*. Une audience peut être composée de plusieurs personas.

Automation : réfère à plusieurs actions ou processus qui peuvent être automatisés grâce à divers outils numériques. Par exemple, les logiciels d’infolettre permettent d’envoyer automatiquement un courriel de bienvenue à toute nouvelle personne inscrite à vos listes d’envoi.

Chatbot : terme anglais qui pourrait se traduire par robot de clavardage. On utilise souvent les chatbots sur les réseaux sociaux ou les boutiques en ligne. Il s’agit de programmer des réponses aux questions fréquentes pour automatiser la gestion des messages directs.

Clickbait : littéralement «appât à clic ». Souvent utilisé péjorativement pour désigner du mauvais marketing ou des contenus faux. Par exemple, les en-têtes du type «Vous n’avez jamais vu cette vedette sous cet angle! » attirent les clics, mais déçoivent souvent par leur contenu bourré de publicités et… pas si impressionnant que ça!

CTA : abréviation de l’anglais Call to action, ou appel à l’action. On encourage les consommateurs à poser une action de diverses façons, par exemple en inscrivant «Contactez-nou » au bas d’un article de blogue ou encore en ajoutant un bouton« Je m’inscris » au bas d’une landing page*.

Earned / Owned / Paid Media : média ou canal gagné/obtenu, détenu ou payé. Les journaux locaux sont un paid media lorsqu’on y achète une publicité. Le site web ou la vitrine d’un commerce sont des owned media, qui appartiennent audit commerce. La notion d’earned media est plus variable, mais désigne généralement des canaux de communication obtenus par diverses actions, comme des partenariats avec d’autres marques ou des partages qui nous exposent à de nouveaux publics.

Evergreen : littéralement «toujours vert ». Réfère à un contenu qui sera toujours valide, pertinent et réutilisable. Par exemple, pour une entreprise de design de chaussures, il sera toujours pertinent de rappeler à ses clients la bonne façon de mesurer son pied pour déterminer sa pointure.

Followers : littéralement suiveurs, mais réfère aux abonnés sur un canal de communication comme un réseau social. Les abonnés sont une forme de consommateurs.

Funnel : entonnoir. Il s’agit du principe de partir du plus vaste au plus précis. Dans l’exemple ci-dessous, on a créé un funnel des audiences, parce qu’on voulait faire découvrir le territoire du Témiscamingue à de potentiels touristes. L’entonnoir permet de visualiser et d’illustrer notre stratégie, qui était différente pour chaque étape de l’entonnoir.

Landing page : page d’atterrissage. C’est un peu comme un site web, mais avec un seul sujet ou objectif. Par exemple, une compagnie peut créer une landing page pour un événement ponctuel qu’elle organise, dont le branding est différent de celui de l’entreprise. Souvent utilisée pour des pages d’inscription, des concours ou des programmations. Lisez notre article pour en savoir plus. 

Lead : terme désignant généralement une piste, une cible. On parle habituellement de leads comme de clients ou d’opportunités potentiels. 

Lead magnet : aimant à lead*. Un outil, produit ou contenu qui va attirer des clients potentiels. Par exemple, on a attiré de nouvelles inscriptions à l’infolettre de la MRC du Témiscamingue en leur offrant de recevoir une liste de 9 lieux incontournables de la région en échange de leur inscription. Un concours sur Instagram serait aussi un lead magnet pour attirer de nouveaux followers*.

Organique : à l’inverse du contenu sponsorisé*, le contenu organique est diffusé de manière naturelle, sans publicité. La publication d’une image sur Instagram est organique. Le partage de cette image par un individu est aussi organique. 
Persona : comme un portrait-robot du client idéal. Quand on crée un persona pour son entreprise ou sa marque, on pense à ses habitudes de consommation, ses désirs, ses enjeux et ses routines, dans l’objectif de répondre à ses besoins avec nos communications. C’est un exercice qu’on recommande à tous.tes de faire!

Sponsorisé/commandité : sur les plateformes numériques, un contenu sponsorisé en est un dont la diffusion a été payée. Par exemple, cette publication Facebook: 

UGC : abréviation de l’anglais user generated content. Le contenu généré par les utilisateurs est très utile aux entreprises puisqu’il offre de la crédibilité à leur produit et nourrit leur banque de contenu gratuitement, ou presque. Par exemple, les témoignages positifs laissés sur un site web par un client ou les vidéos de type unboxing sur les réseaux sociaux sont des formes d’UGC. 

White paper : livre blanc. C’est un article d’expertise sur un sujet précis, créé dans l’objectif d’informer, former ou guider un lecteur qui désire s’informer et s’éduquer sur un sujet.

Vocabulaire technique

Les termes suivants, majoritairement en anglais ou des acronymes, réfèrent plutôt à des aspects techniques que vous rencontrerez peut-être en marketing de contenu, notamment lors de la conception d’un site web.

Backend : l’arrière-scène d’un site web, par exemple. C’est la partie que l’utilisateur ou le consommateur ne voit pas. Par exemple, si un client souhaite changer la couleur d’une section de son site web, on pourrait dire qu’on va aller faire des modifications dans le backend.

Backlink : lien de retour. C’est un terme utilisé en référencement, qui indique un lien qui ramène à un site donné. Par exemple, si votre site web est mentionné sur le site web d’un partenaire, il est possible d’analyser combien de clics vers votre site viennent de ce backlink précis.

Backlog : contraction des mots back et log, respectivement traduisibles par arrière et journal, comme un journal de l’arrière-scène. Un backlog consiste en un ensemble de tâches ou d’informations qui sont nécessaires pour accomplir un projet. 

CMS : abréviation de content management system, soit système de gestion de contenu. Les CMS les plus connus incluent WordPress, Wix, Shopify et SquareSpace. Il s’agit de logiciels ou outils qui permettent de présenter des contenus de manière accessible. Grâce à ceux-ci, tout le monde peut se créer aisément un site web ou une boutique en ligne puisqu’ils accomplissent les tâches de développement web pour nous, sans qu’on ait à comprendre ce vocabulaire technique. Ils sont habituellement complets et diversifiés grâce à des intégrations de logiciels complémentaires.

CRM : acronyme de Customer Relationship Management, donc gestion de la relation client. Un CRM réfère à un logiciel stockant des données sur les clients d’une entreprise et permettant de les analyser pour poser ensuite des actions face à ceux-ci en lien avec leurs habitudes de consommation et leurs communications avec l’entreprise. Par exemple, une compagnie de théâtre pourrait programmer l’envoi d’un code promotionnel pour inciter toute personne n’ayant pas acheté depuis plus d’un an à voir un spectacle. Cela crée des contacts personnalisés face aux besoins et aux habitudes de chaque personne.

Favicon : une icône qui représente un site web. On la retrouve sur la barre de navigation et les favoris web. Dans cet exemple, vous reconnaîtrez sûrement la boîte courriel Gmail, l’agenda Google Calendar et Google Sheets.

Opt-in / opt-out : l’action d’obtenir (opt-in) ou de perdre (opt-out) le consentement d’une personne à lui transmettre de la publicité. Depuis l’instauration de la loi canadienne antipourriel, il est obligatoire pour toute entreprise d’avoir obtenu le consentement tacite ou explicite d’une personne avant de pouvoir lui transmettre des informations de nature publicitaire.

Thumbnail : miniature. Désigne la représentation en petit format d’une image ou d’un contenu visuel plus grand (en termes de qualité). Les thumbnails permettent généralement d’identifier un contenu dans une base de données ou une liste, par exemple. Les images proposées dans une recherche Google Images sont des thumbnails guidant vers l’image principale. Les images proposées sur YouTube sont aussi des représentations visuelles du contenu de la vidéo proposée.

UTM : abréviation de Urchin Tracking Module. Il s’agit d’un ensemble de paramètres à associer à un hyperlien pour obtenir des données d’analyse. Par exemple, on peut configurer un «lien UT » pour une campagne publicitaire précise afin d’évaluer le nombre de clics effectués sur ce lien et provenant de la source publicitaire.

Wireframe : maquette fonctionnelle ou schéma utilisé en conception web pour guider un designer graphique dans la création de l’interface visuelle.

Analyse

Créer du contenu, c’est bien, mais si on n’analyse pas sa performance, on n’évolue pas. L’analyse des résultats regorge de termes techniques et d’anglicismes à bien saisir.

CPM : abréviation de cost per mille, ou coût par mille. Réfère au coût d’acquisition de 1000 impressions* publicitaires.

Engagement : réfère à l’interaction d’une personne avec un contenu. Chaque fois qu’une personne clique sur une publication, la partage ou la commente, le taux d’engagement face à celle-ci augmente. Se compare avec le nombre d’impressions*.

Hashtag : mot-clé utilisé comme tel grâce à l’ajout du symbole # le précédent, le rendant ainsi reconnaissable par les moteurs de recherche.

Impressions : le nombre d’impressions réfère au nombre de fois que le contenu a été vu par une personne. Par exemple, sur Instagram, chaque occasion où une publication apparaît dans le fil d’actualité d’une personne est considérée comme une impression. 

Insights : aperçu ou informations obtenues. Un insight est ce qu’on obtient après avoir analysé les résultats de performance d’un contenu. 

KPI : abréviation de Key Performance Indicators ou les indicateurs clés de performance. Avant de se lancer dans une analyse, on veut toujours identifier ses KPI, car les indicateurs utilisés dépendent des objectifs d’une campagne publicitaire ou de contenu.

ROI : abréviation de Return on Investment ou retour sur investissement. Généralement utilisé dans le domaine publicitaire et permet d’évaluer si une publicité a bien performé ou non.

Concepts et approches

Ces abréviations réfèrent à des approches ou concepts faisant partie, ou étant complémentaires, des actions associées au marketing ou leur étant complémentaires.

PR/RP : Public Relations ou relations publiques (ou de presse). Définit un ensemble de pratiques stratégiques de communication basé sur les relations entre le représentant d’une compagnie (le relationniste) et le public. Par exemple, les entreprises culturelles lancent généralement une grande campagne de relations de presse autour des premières de nouveaux spectacles ou expositions afin d’augmenter la notoriété du produit culturel et attirer de nouveaux publics.

SEO : abréviation de Search Engine Optimisation ou optimisation pour les moteurs de recherche. Englobe une série de pratiques stratégiques visant à assurer le bon référencement d’un contenu sur les moteurs de recherche. Dans cet exemple, les Bijouteries Lavigueur sont bien référencées sur le sujet «boucles d’oreille en o » sur Google.

SEM : abréviation de Search Engine Marketing ou marketing des moteurs de recherche. En opposition à l’optimisation naturelle ou organique du référencement, le SEM réfère à l’ensemble des pratiques possibles pour optimiser le référencement avec des actions marketing payantes, principalement la publicité.

UX / UI : désigne le User Experience, l’expérience utilisateur, et l’user interface, l’interface utilisateur. La première est souvent dépendante des bonnes conception et programmation de la seconde. L’interface réfère au point de contact entre un humain et un contenu, par exemple l’appareil lui-même ou un site web, une application ou un logiciel, tandis que l’expérience désigne la satisfaction ou l’insatisfaction de l’utilisateur face à l’interface et, donc, au contenu.

Ouf, grosse lecture, hein? Si tu te sens fatigué, c’est normal. On souhaite que ce lexique devienne une référence pour toi.

À LIRE AUSSI :

Qu’est-ce que le marketing de contenu?

6 questions à se poser pour rédiger du bon contenu

Bien atterrir pour mieux convertir : l’art de la landing page

Partager

Par Amy Mailloux

Chargée de projets, marketing de contenu

Nos articles récents

Comment créer du bon contenu? Quelques rappels du FWCC

6 questions à se poser pour rédiger du bon contenu

Mehdi Boukacem nommé directeur de production chez Sparkling!

On lance votre mission?

Prenez rendez-vous avec nous pour discuter de vos besoins et de vos objectifs.

Contactez-nous ici! 👇